LES ASTÉROÏDES
Retour au Système solaire
Les astéroïdes sont des petits corps du Système solaire, composés de roche, de métaux et de glace.
Ils sont de formes irrégulières et peuvent mesurer jusqu'à plusieurs km.

La plupart de ces corps évolue dans la ceinture d'astéroïdes, entre Mars et Jupiter. D'autres proviennent de la ceinture de Kuiper, au-delà de Neptune.
D'autres encore peuvent croiser l'orbite de la Terre. Ce sont des géocroiseurs potentiellement dangereux pour la vie terrestre.

Lire les derniers articles à ce sujet.
bas de page

Quelques géocroiseurs :

243-Ida et son satellite Dactyl (lune astéroïdale) :




dimensions de 243-Ida :
56×24×21 km

433-Éros :


dimensions de 433-Éros: 33×13×13 km

Les derniers articles (2013) concernant les astéroïdes :

09 janvier 2013 : 
"L'astéroïde Apophis plus gros qu'on ne le pensait"
16 février 2013 : "Un astéroïde de 45 m de diamètre a frôlé la Terre sans dégâts"
16 février 2013 : "Météorite en Russie : l'Oural panse ses plaies, 40 blessés encore hospitalisés"
____________________________________
L'astéroïde Apophis plus gros qu'on ne le pensait
Lu sur : http://actu.orange.fr/sciences/l-asteroide-apophis-plus-gros-qu-on-ne-le-pensait-afp_1287638.html le 09 janvier 2013, Source AFP.

L'astéroïde Apophis, qui doit frôler la Terre en 2029 puis en 2036, a un diamètre supérieur de 20% par rapport aux précédentes estimations, selon des données du télescope Herschel, de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui a observé ce week-end son approche de la Terre.

Baptisé du nom d'une divinité égyptienne du mal et des ténèbres, Apophis devait s'approcher de la planète bleue mercredi à une distance de 14,4 millions de kilomètres, offrant aux astronomes l'occasion de mieux le connaître.
Lorsqu'il a été repéré pour la première fois, en 2004, des scientifiques avaient d'abord évalué à 2,7% la probabilité d'une collision catastrophique en avril 2029 avec la Terre. De nouveaux calculs ont écarté ce risque, prévoyant cependant un passage à moins de 36.000 kilomètres de la Terre à cette date.
L'astéroïde frôlera de nouveau la Terre en 2036, mais il est encore difficile de préciser à quelle distance, car l'approche de 2029 devrait modifier son orbite de façon substantielle. Il est donc très important d'obtenir des informations sur ses paramètres physiques, afin de mieux prévoir sa trajectoire future.
Le télescope Herschel a pu l'observer ce week-end pendant environ deux heures, alors qu'il s'approchait de la Terre, a indiqué l'ESA mercredi dans un communiqué.
D'après ces nouvelles données, Apophis aurait un diamètre de 325 mètres, soit 20% de plus que les estimations antérieures (270 mètres). Avec 270 mètres de diamètre, l'énergie que dégagerait Apophis s'il heurtait la Terre serait équivalente à 25.000 bombardements atomiques d'Hiroshima.
"L'augmentation de 20% en diamètre, de 270 à 325 m, se traduit par une augmentation de 75% dans nos estimations du volume de l'astéroïde ou de sa masse", a expliqué Thomas Müller de l'Institut Max Planck de physique extraterrestre à Garching (Allemagne).
En analysant la chaleur émise par Apophis, Herschel a également fourni une nouvelle estimation de l'albédo de l'astéroïde, c'est-à-dire de sa réflectivité. Elle apparaît inférieure à l'estimation précédente.
"Ces chiffres sont de premières estimations basées sur les seules mesures d'Herschel", a souligné Thomas Müller. "D'autres campagnes de mesures au sol, en cours, pourraient fournir des éléments d'informations supplémentaires qui nous permettront d'améliorer nos résultats", a-t-il ajouté.
"Apophis a d'abord suscité l'intérêt en raison d'une potentielle menace de collision avec la Terre, ce qui est maintenant considéré comme hautement improbable dans un avenir prévisible", a indiqué de son côté Göran Pilbratt, responsable scientifique du projet Herschel de l'ESA. Il est cependant "d'un intérêt considérable en lui-même, et comme un exemple d'objets géocroiseurs" (passant près de la Terre), a-t-il expliqué.
Le 15 février prochain, c'est l'astéroïde 2012 DA14 qui nous rendra visite. Plus petit qu'Apophis (57 mètres de diamètre), il va passer bien plus près, à 34.500 km d'altitude, ce qui signifie qu'il va traverser l'orbite des satellites géostationnaires.

____________________________________

Un astéroïde de 45 mètres de diamètre a frôlé la Terre sans dégâts
Lu sur : http://actu.orange.fr/sciences/un-asteroide-de-45-metres-de-diametre-a-frole-la-terre-sans-degats-afp_1359408.html, le 16 février 2013 à 08h05, source AFP.

Surveillé de près par l'agence spatiale américaine, un astéroïde de 45 mètres de diamètre a frôlé la Terre vendredi sans faire de dégâts, contrairement à une météorite tombée le même jour en Russie qui a explosé et blessé un millier de personnes.

Pesant environ 135.000 tonnes et baptisée 2012 DA 14, l'astéroïde --qui est un corps du système solaire composé de roche, de métaux et de glace-- est passé à 27.680 kilomètres de la Terre vers 19H25 GMT, a indiqué l'agence spatiale américaine (Nasa).
Des images prises par un télescope en Australie et diffusées par la Nasa ont montré une minuscule trace blanche se déplaçant dans un ciel noir.
Il s'agissait du plus gros astéroïde passant aussi près de la Terre jamais détecté par les scientifiques, selon la Nasa.
Découvert en février 2012, l'astéroïde est passée à un dixième de la distance Terre-Lune dans l'est de l'océan Indien, à la verticale des côtes de Sumatra en Indonésie, à une vitesse de 7,8 kilomètres par seconde, a précisé la Nasa.
Le Goldstone Solar System Radar de la Nasa, situé dans le désert de Mojave en Californie (ouest des Etats-Unis), a observé le passage de l'astéroïde et le suivra encore quelques jours pour en déterminer plus précisément la taille et la forme.
Si l'astéroïde avait touché la Terre, il aurait pu anéantir une grande agglomération.
Mais cet astéroïde reste beaucoup plus petit que la météorite responsable de l'extinction des dinosaures il y a 66 millions d'années, qui mesurait dix kilomètres de diamètre.
"En moyenne un astéroïde de cette taille s'approche aussi près de la Terre tous les 40 ans et risque d'entrer en collision avec notre planète tous les 1.200 ans", avait précisé Donald Yeomans, directeur du bureau du "Near Earth Object" (NEO) du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa.
Si cet astéroïde, considéré de petite taille, s'était écrasé sur la Terre il aurait produit des dommages comparables à celui tombé en Sibérie centrale en 1908 à Toungouska, selon Tim Spahr, du Minor Planet Center à l'université de Harvard.
Selon certaines estimations, l'onde de choc à Toungouska était équivalente à plusieurs centaines de fois celle provoquée par la bombe d'Hiroshima.
Pour autant, le passage de l'astéroïde vendredi près de la Terre, à une distance inférieure à celle de certains satellites, n'est pas lié à la chute d'une météorite en Russie.
Selon Samuel Kounaves, professeur au laboratoire de physique appliquée de l'université Johns Hopkins (Maryland, est), "il n'y a pas de connexion" entre les deux événements.
La chute de la météorite en Russie a eu lieu "douze heures plus tôt" et les deux corps "se déplaçaient dans des directions différentes", selon Robert Massey, de l'institut britannique Royal Astronomical Society.

Une météorite a explosé vendredi au-dessus de la métropole russe de Tcheliabinsk, projetant des éclairs incandescents dans le ciel et blessant près d'un millier de personnes, un événement rarissime qui a semé la panique dans cette région de l'Oural.
Lien vers l'article concernant ce sujet.

____________________________________

Météorite en Russie : L'Oural panse ses plaies, 40 blessés encore hospitalisés
Lu sur : http://actu.orange.fr/sciences/meteorite-en-russie-l-oural-panse-ses-plaies-40-blesses-encore-hospitalises-afp_1359406.html le 16 février 2013 à 16h50, source AFP.

Quarante personnes étaient encore hospitalisées samedi dans la région russe de l'Oural pour des blessures dues à l'onde de choc d'une météorite tombé la veille et à la chute de fragments, qui ont fait au total près de 1.200 blessés, selon un dernier bilan.

Selon les dernières informations fournies par le gouverneur de la région de Tchéliabinsk, la plus touchée, 1.158 personnes au total, dont 289 enfants, ont été blessées, pour la plupart légèrement, par ce phénomène spectaculaire et sans précédent par son bilan humain.
Cinquante-deux personnes ont été hospitalisées vendredi, dont 13 enfants, a indique également le gouverneur, Mikhaïl Iourevitch, cité sur son site internet.
"Les personnes dont les blessures sont légères ont commencé de sortir de l'hôpital", a écrit le gouverneur. "Quarante adultes et trois enfants restent hospitalisés. Les médecins considèrent leur état comme stable", a-t-il ajouté.
Le ministère de l'Intérieur a précédemment indiqué que deux blessés adultes étaient dans un état grave, et que 7 autres étaient dans un état de gravité moyenne.
Une femme, la colonne vertébrale fracturée lorsque l'onde de choc l'a précipitée dans un escalier, a été transférée par avion sanitaire dans un hôpital de Moscou, a indiqué samedi matin le ministère des Situations d'urgence.
Une météorite, estimée par des scientifiques russes à une dizaine de tonnes, s'est désintégrée vendredi matin au dessus de la ville de Tcheliabinsk, une cité industrielle de plus d'un million d'habitants.
Les fragments sont à leur tour retombés sur la Terre, sous la forme de boules de feu suivies de traînées de fumée, accompagnées de violentes explosions et d'éclairs de lumière aveuglante, semant la panique parmi la population, soufflant les fenêtres de nombreux bâtiments et abattant notamment des murs d'une usine.
Le gouverneur, Mikhaïl Iourevitch, a estimé à un milliard de roubles (25 millions d'euros) le montant des dommages.
Selon lui, ce sont plus de 200.000 mètres carrés de vitrages qu'il faut remplacer dans l'urgence, les températures descendant à moins 20 degrés ces jours-ci à Tcheliabinsk.
La veille, les autorités ont notamment annoncé la fermeture de toutes les écoles de la région en raison de ces dommages. Nombre d'hôpitaux ont eux-mêmes été endommagés.
Le ministre russe des Situations d'urgence, Vladimir Poutchkov, a indiqué que des équipes tentaient d'identifier le lieu de chute des fragments, se fondant sur le témoignage des habitants qui ont vu tomber du ciel des boules de feu.
Il s'agit notamment d'en identifier la nature, pour expliquer comment la chute de ce météorite a pu avoir des conséquences aussi graves. Les corps célestes brûlent en effet généralement totalement en entrant dans l'atmosphère.
Un groupe de plongeurs explorait notamment samedi matin les fonds du lac Tchebarkoul, où un groupe de reconnaissance de l'armée russe avait indiqué la veille avoir identifié le lieu présumé de chute d'un des fragments.
La télévision publique avait montré un orifice de six mètres de diamètre dans l'épaisse couche de glace recouvrant ce lac.
"Ils ont tout de suite constaté que la visibilité dans l'eau était nulle et que le fond était recouvert d'une couche de 1,5 mètre de vase", a indiqué un membre de l'équipe cité par Itar-Tass.
La porte-parole du ministère des Situations d'urgence, Irina Rossius, a ensuite indiqué que les recherches n'avaient rien donné.
"Les plongeurs ont achevé l'exploration du lac et n'ont trouvé aucune trace du météorite", a-t-elle déclaré, citée par l'agence.
Le chef des services sanitaires russes, Guennadi Onichtchenko, a de son côté indiqué que des analyses de composition de l'eau du lac, et de radioactivité, étaient menées, et n'avaient à cette heure rien montré d'anormal.
Le ministère des Situations d'urgence avait indiqué vendredi avoir mobilisé 20.000 hommes pour faire face à ce cataclysme.
Le président russe, Vladimir Poutine, a demandé de faire le maximum pour venir en aide à la population, alors que les autorités locales appelaient à ne pas céder à la panique.
L'agence russe de l'énergie atomique a souligné que ses installations dans la région n'avaient pas été touchées par le phénomène, qui a également été observé dans plusieurs régions voisines et au Kazakhstan.
Un précédent célèbre, la "météorite de Toungouska", avait frappé la Sibérie en 1908: il s'agissait plus probablement d'un astéroïde ou d'un noyau de comète dont l'impact avait été ressenti à des centaines de kilomètres, soufflant et brûlant les arbres dans un rayon d'au moins 20 kilomètres.
Le météorite est tombé sur l'Oural vendredi alors même que les services d'astronomie du monde entier surveillaient de près un astéroïde estimé à 45 mètres de diamètre et 135.000 tonnes, qui a frôlé la Terre dans la soirée sans faire de dégâts. Les experts ont assuré que les deux événements n'étaient pas liés.


haut de page


Retour au Système solaire                        Retour aux Sciences à l'école primaire                           Retour à la page d'accueil