LES ENGINS SPATIAUX
Retour au système solaire
Fusées spatiales Navettes spatiales Station Spatiale Internationale Téléscope spatial Hubble Impacteurs
Satellites artificiels Cargos spatiaux Les Hommes dans l'espace Les sondes spatiales Rovers
bas de page

Les Hommes dans l'espace :
En fonction de leurs nationalités, ils se nomment différemment.
Européens : spationautes ; Américains : astronautes ; Russes : cosmonautes ; Chinois : taïkonautes.


Les fusées spatiales :
Les fusées Ariane :
Ce sont des lanceurs européens de satellites développés par l'ESA (Agence Spatiale Européenne).
Leur base de lancement se situe à Kourou (CSG : Centre Spatial Guyanais), en Guyane française.
Le premier vol d'Ariane 1 date de 1979. La version actuelle est Ariane 5.


Les fusées Soyouz :
Soyouz est à la fois le nom des programmes spatiaux russes, mais aussi des lanceurs russes et des véhicules spatiaux habités russes.


Les navettes spatiales :
Seules les navettes spatiales américaines ont emmené des passagers dans l'espace afin de recherche, de ravitaillement (ISS) et d'entretien (ISS et Hubble).
Elles sont au nombre de 6 : Enterprise
, Columbia, Challenger, Discovery, Atlantis et Endeavour.
Challenger s'est désintégrée lors de son décollage en 1986. Columbia s'est désintégrée lors de son retour sur Terre en 2003.
Les autres navettes spatiales ont été définitevement mises à la retraite en 2011.


Les cargos spatiaux :
ATV : Véhicule Automatique de Transfert européen


Le téléscope spatial Hubble :


Quelques images obtenues par Hubble :


Lien vers les galaxies

Les satellites artificiels :



La Station Spatiale Internationale (ISS) :




Quelques sondes spatiales :
Le programme Mariner (NASA) : exploration de Mercure, Vénus et Mars

Le programme Voyager (NASA) : exploration de Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune
Lire le dernier article à ce sujet


Le programme Pioneer (NASA) : exploration d
u Soleil, Vénus, Lune, Jupiter, Saturne...


Les impacteurs :
La sonde Deep Impact et le percuteur Smart (NASA) : exploration de la comète Tempel 1 (2005)


Les rovers :
Curiosity (mission Mars 2012) :

Lire les dernières nouvelles de Curiosity

Opportunity :


Spirit :


Les derniers articles sur les engins spatiaux :

Le 04/12/12 à 18h05, Source : AFP.
Lu sur http://actu.orange.fr/sciences/la-sonde-voyager-1-dans-l-ultime-zone-avant-de-sortir-du-systeme-solaire-afp_1226154.html  
La sonde Voyager 1 dans l'ultime zone avant de sortir du système solaire :
La sonde américaine Voyager 1 se trouverait dans l'ultime zone avant sa sortie du système solaire pour devenir
le premier engin de fabrication humaine à sillonner l'espace interstellaire, a indiqué lundi la Nasa.

Voyager est entrée dans une nouvelle région des confins du système solaire qui fait interface avec l'espace intersidéral, indiquent les instruments à bord de la sonde lancée en 1977 et qui se trouve à 18,5 milliards de kilomètres du soleil. C'est comme une autoroute magnétique par où les particules à haute énergie venant de l'espace interstellaire entrent dans le système solaire et celles à basse énergie provenant de ce dernier s'en échappent, ont expliqué les scientifiques responsables de cette mission lors d'une conférence de presse téléphonique.
"Nous pensons qu'il s'agit de la dernière étape du périple de Voyager 1 avant d'entrer dans l'espace interstellaire", a dit Edward Stone, le responsable du projet à l'Institut de technologie de Californie (Caltec) à Pasadena (Californie, ouest). "Selon nos estimations, Voyager 1 pourrait sortir du système solaire d'ici deux mois ou deux ans au plus", a-t-il ajouté soulignant que l'équipe ne s'attendait pas à ce que l'engin traverse une telle zone avant sa sortie. "Mais avec Voyager nous nous attendons toujours à l'inattendu", a relevé Edward Stone.
Les deux « Voyager » qui ont été lancées en 1977, à un mois d'intervalle, sont toutes deux encore en bon état de fonctionnement. Voyager 2 se trouve actuellement à 15 milliards de km du soleil.
Le programme d'exploration Voyager avait pour objectif l'étude des planètes extérieures au Système solaire.
Voyager 1 et 2 ont survolé Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune ainsi que 48 de leurs lunes. Les données recueillies par les neuf instruments à bord de chacune des sondes en font la mission d'exploration du Système solaire la plus fructueuse scientifiquement de toute l'histoire spatiale. Les deux Voyager ont révélé un grand nombre de détails sur les anneaux de Saturne et permis de découvrir les anneaux de Jupiter. Elles ont aussi transmis les premières images précises des anneaux d'Uranus et de Neptune. Elles ont en outre fait la découverte de 33 nouvelles lunes et révélé l'activité volcanique de Io et la structure étrange d'Europe, deux lunes de Jupiter.

____________________________________________________________________________

Le 09/02/13 à 18h34, Source : AFP.

Lu sur http://actu.orange.fr/sciences/le-robot-curiosity-preleve-sa-premiere-roche-martienne-afp_1346570.html

Le robot Curiosity prélève sa première roche martienne
Le robot Curiosity a pour la première fois utilisé sa perceuse pour forer un trou dans une roche de la planète Mars
afin d'en prélever un échantillon et l'analyser, a annoncé samedi la Nasa.

Le robot, qui s'est posé sur la Planète rouge en août, a utilisé "la perceuse fixée au bout d'un bras robotique pour forer dans une roche plate et veineuse et prélever un échantillon de l'intérieur", affirme l'agence spatiale américaine dans un communiqué.
"Le robot le plus avancé jamais conçu constitue maintenant un laboratoire d'analyse complet", s'est félicité John Grunsfeld, un responsable de la mission, cité dans le communiqué.
Selon lui, il s'agit de "l'accomplissement le plus important" depuis l'arrivée du robot sur Mars.
La Nasa estime que ces échantillons de roche, prélevées dans le trou d'1,6 centimètre de diamètre et de 6,4 centimètres de profondeur, donneront des indices sur l'environnement jadis humide qui a existé sur le sol martien.
Pour être en mesure d'effectuer un forage sur Mars, la Nasa raconte avoir avoir fabriqué huit perceuses et foré plus de 1.200 trous dans 20 types de roches différentes sur Terre.
Au cours des prochains jours, les contrôleurs au sol vont transférer l'échantillon dans le dispositif d'analyse après s'être assurés que ce dernier n'a pas été contaminé alors qu'il se trouvait sur Terre.
La mission de deux ans de ce robot à six roues, le plus sophistiqué envoyé sur Mars, doté de dix instruments scientifiques, est de savoir si la vie microbienne a pu exister sur la Planète rouge.

Le 02/03/13 à 19h35, Source : AFP.

Lu sur http://actu.orange.fr/sciences/mars-le-robot-curiosity-mis-en-veilleuse-victime-d-une-panne-d-ordinateur-afp_1385748.html

Mars: le robot Curiosity mis en veilleuse, victime d'une panne d'ordinateur
Le robot américain envoyé sur Mars, Curiosity, ne réalise plus d'expériences scientifiques jusqu'à nouvel ordre, le temps de régler un problème d'ordinateur, a indiqué la Nasa sur son site internet.

Curiosity a été mis en veilleuse cette semaine, manœuvre qui permet de réduire les activités du robot au minimum pour préserver ses systèmes informatiques le temps de régler un problème dû à un dysfonctionnement de la mémoire "flash", explique le Jet Propulsion Laboratory (JPL), basé à Pasadena (Californie) et responsable de la mission.
Comme la plupart des vaisseaux spatiaux, Curiosity a à son bord des ordinateurs de secours permettant de prendre la relève en cas de problème avec l'ordinateur principal.
Curiosity reste en contact avec la Terre, précise le JPL.
Le robot à six roues est le plus sophistiqué envoyé sur une autre planète avec à son bord dix instruments scientifiques. Il s'est posé dans le cratère de Gale le 6 août dernier.
L'objectif de sa mission de deux ans est de déterminer si la vie microbienne a été possible dans le passé sur la planète rouge.
Le robot a récupéré le 20 février le premier échantillon provenant de l'intérieur d'une roche sédimentaire que sa foreuse avait percée dix jours avant, une première planétaire en dehors de la Terre.
L'échantillon a ensuite été transféré, a indiqué le JPL, dans un instrument appelé "In-Situ Martian Rock Analysis", ou CHIMRA, qui doit secouer les grains de roches au-dessus d'une sorte de tamis pour récupérer ceux mesurant 150 microns (un micron équivaut à O,OO1 millimètre).
De petites portions devaient ensuite être acheminées dans le laboratoire de chimie et de minéralogie (Chemistry and Mineralogy, ou CheMin) à bord de Curiosity.

Le 12/03/13 à 18h51, Source : AFP.

Lu sur http://actu.orange.fr/sciences/la-vie-a-pu-exister-dans-le-passe-sur-mars-selon-la-nasa-afp_1402518.html

La vie a pu exister dans le passé sur Mars selon la Nasa
La vie microbienne a pu exister dans le passé sur la planète Mars, selon une analyse des minéraux contenus dans le premier échantillon d'une roche effectuée par des instruments du robot américain Curiosity, a annoncé mardi la Nasa.

"Une question fondamentale à laquelle la mission Curiosity devait répondre était celle de savoir si Mars pourrait avoir été propice à la vie: sur la base de ce que nous savons maintenant, la réponse est affirmative", a déclaré lors d'une conférence de presse, Michael Meyer, le principal scientifique de la mission Curiosity.

haut de page

Retour au système solaire                         Retour aux Sciences à l'école primaire                         Retour à la page d'accueil